Le neuromarketing adapté aux commerces de bouche

Il y a plus d’une dizaine d’années que le terme de neuromarketing a fait son apparition dans le jargon du marketing et de la publicité. Dans ce post nous définirons le terme et découvrirons ses possibles applications aux commerces de bouche.

 

Commençons par une définition du chantre sur le sujet :
« L’objectif principal du neuromarketing est de décrypter les processus qui forment l’esprit du consommateur, de manière à pouvoir découvrir ses envies, ses ambitions et les causes qui affecteront son acte d’achat. De cette manière, nous pouvons leur offrir ce dont ils ont besoin » Peter Drake

 

Pour être plus précis, le neuromarketing s’appuie sur les neurosciences pour mieux apprécier le comportement des consommateurs via l’identification de mécanismes cérébraux lors de l’acte d’achat.

 

« 85% des décisions d’achat sont prises de manière non consciente, implicitement, plutôt que par la pensée rationnelle, comme nous le croyions» G. Zaltmam

 

Découvrons maintenant différents concepts du neuromarketing émanant du prix Nobel d’économie Daniel Kahneman :
– Nous pensons de manière rapide (limbique) et lente (cortex).  Le cerveau ne prend généralement pas  la peine de penser lentement, la plupart des décisions sont fabriquées à partir de préconcepts et intuitions.
– Nous croyons disposer des informations pertinentes pour prendre des décisions.
– Nous avons tendance à donner plus de poids à notre première impression pour prendre une décision.

 

Dans son fonctionnement, le cerveau se divise en trois zones :

 

Le cortex est la partie du cerveau qui traite les pensées logiques et rationnelles. Il s’agit de nos pensées conscientes et de notre apprentissage. Son principal inconvénient est qu’il est lent.

Le système limbique est le cerveau non conscient qui traite les émotions et réactions physiologiques à certains stimulus. Il est beaucoup plus rapide que le cortex et a un grand potentiel multitâches. Les études montrent que 85% des décisions d’achat sont prises avec le système limbique.

L’amygdale ou cerveau reptilien est la partie du cerveau qui traite les émotions de la peur, le plaisir et le danger. Cette partie joue un rôle important comme l’indique  Daniel Koleman : « lorsque l’amygdale est activée elle « kidnappe » les autres zones du cerveau et envoie une émotion puissante sur la raison ».

 

En voyant ces différentes composantes, vous comprendrez que vos clients prennent des décisions dans votre commerce qui ne sont pas forcement rationnelles. L’acte d’achat sera influencé par une multitude de facteurs.

 

La première image qui impactera vos clients sera celle de votre devanture. Le rôle des couleurs est donc très important à l’extérieur tout comme à l’intérieur de votre commerce.

 

L’éclairage est un outil de marketing puissant, car lui aussi chargé d’émotions, créera une sensation, un ressenti, propice au déclenchement de l’acte d’achat.

 

La création d’une identité visuelle adaptée à votre activité, qui véhiculera toute l’image de votre marque et donc des émotions vous permettra d’accroître vos ventes.

 

Le neuromarketing, même s’il s’adapte mieux aux grandes marques (automobile, informatique, vêtement) est un redoutable outil, dont il faut comprendre le fonctionnement basique pour déclencher l’acte d’achat chez vos clients.