exploitations agricoles et politique agricole commune

La politique agricole commune montre ses limites

L’eurodéputé Eric Andrieu a présenté un rapport au parlement européen le 26 avril concernant la politique agricole commune (PAC).

Après 54 ans d’existence, ce dispositif qui a joué une rôle primordial dans la construction et la coopération européenne montre aujourd’hui ses limites.

La politique agricole commune n’a pas donné lieu à des créations d’emplois, elle a seulement «permis de maintenir les 22 millions de postes de travail de l’agriculture en Europe » 

Le problème majeur de la PAC est que, comme l’économie mondiale, elle a favorisé des systèmes capitalistiques où le rendement et les bénéfices immédiats se sont faits au détriment des hommes et de la qualité des productions.

Eric Andrieu et politique agricole commune

Eric Andrieu eurodéputé socialiste

 

« Les réformes successives adoptées depuis 1992 ont laissé libre cours au marché et ont fragilisé l’agriculture familiale, à l’avantage des modèles d’exploitations intensifs orientés vers les marchés à l’export ».

D’après son rapport, Eric Andrieu estime que 80% des dépenses réalisées par la PAC sont des aides directes liées à la taille des exploitations. Plus la taille est importante plus l’aide est élevée.

De ce fait, les exploitations se concentrent de plus en plus ce qui est très défavorable à la création d’emplois en milieu rural. « Le nombre d’exploitations européennes a chuté de 20 % rien qu’entre 2007 et 2013, passant de 13,6 millions à 10,8 millions six ans plus tard, selon les dernières statistiques officielles d’Eurostat ».

De plus, les grandes exploitations posent des problèmes environnementaux comme l’appauvrissement des sols, pollutions importantes comme les élevages porcins dans le nord-est avec les marées vertes…

Il faut maintenant espérer que le parlement européen prenne acte de ce rapport et que les décisions prises en vue de faire évoluer la politique agricole commune orientent les actions et aides de celle-ci vers les exploitations de taille raisonnable afin de créer des emplois et revaloriser le travail des agriculteurs et les cultures respectueuses de l’environnement.